top of page

La blessure de l'injustice

Mes recherches sont basées sur les travaux de Lise Bourbeau


La blessure d'injustice s'éveille :


Lorsque l'enfant n'a pas pu s'exprimer et être lui-même, Il n'a pas eu son individualité

L'enfant essaie de ressembler le plus possible au modèle qu’on lui a transmis en se coupant de ses émotions et ses besoins.


Il a souffert de la froideur du parent du même sexe en tout cas, c'est ce qui est perçu par l'enfant.

Il a aussi souffert de l’autorité, des critiques, sévérité et intolérance de ses parents


Il a souvent entendu : " Tu n'as aucun droit, seulement des devoirs" du coup, il ne se permet pas d'arrêter, ni de s'amuser ou de se reposer.

S'il a été l'ainé de la famille, il a pu trouver injuste :

  • De s'occuper de ses frères et/ou sœurs pour aider maman

  • S'il a été le 2eme ou le 3eme car il a du mettre les vêtements de ses frères et/ou sœurs

Il a peut-être été comparé à d'autres.


Une personne qui souffre de la blessure d'injustice est une personne qui ne se sent pas appréciée à sa juste valeur, qui ne sent pas respectée ou qui ne croit pas recevoir ce qu'elle mérite ou qu'elle reçoit plus qu'elle croit mériter


Elles sont constamment dans la performance car elles n'ont pas droit à l'erreur, réussir tout le temps ce qui peut mener à un épuisement professionnel. Elles doutent de leurs choix.


Elles se coupent de leur émotions et ne se donnent pas le droit d'être sensible, d’être vulnérable

Elles sont perfectionniste car elles croient que si c'est parfaitement fait par elle, ce sera juste et mieux fait.

Ce sont des personnes très optimiste, elles ne demandent jamais d’aide et se débrouillent seules


Elles se comparent aux autres surtout à mieux pour être parfait. La personne qui a la blessure d'injustice ne va pas respecter ses limites et s'en demande beaucoup. Evidemment, elles ne supportent pas l'injustice.


Elles ont beaucoup de difficultés à s’autoriser à recevoir. Elles seront toujours dans le contrôle, ordonné, maitrisé, tout doit être nickel. Elle vont aussi se justifier souvent car la justice est importante


Elles ont difficile à se faire plaisir sans être coupable car il y a une notion de mérite, il faut être extraordinaire pour recevoir. Lorsqu'on leur demande comment elles vont, elles répondront de suite " ça va " pour ne pas ressentir ce qu'il ne va pas, il n’y a jamais de problème tout cela pour ne pas ressentir leurs émotions.


Les personnes qui ont la blessure d'injustice ne communiquent pas bien par peur d'être jugées, elles doivent être parfaite. Lorsqu’elles sont émues, elles ne le montrent pas et elles peuvent utiliser le rire pour cacher leur sensibilité et leurs émotions.


Elles manquent de flexibilité et de souplesse dans leurs comportements et idées d'où le masque du rigide qui est une protection inconsciente.




Le plus grand défi est :


  • S’autoriser de la douceur, de la flexibilité, briser cette rigidité et être plus flexible.

  • C’est accepter d’être nous-même et de se permettre d’être moins perfectionniste et lâcher prise de ce schéma parfait.

  • Accepter de faire des erreurs et surtout sans vivre de colère

  • S’accorder le droit montrer sa sensibilité, de pleurer devant les autres sans avoir peur de perdre le contrôle et sans peur du jugement






5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page